mercredi 7 mai 2014

La trilogie météorologique. Épisode 3 : phénomènes extrêmes et insolites

En attendant une loi sur le cumul des précipitations et la mise en commun du patrimoine solaire, je livre enfin le troisième et dernier épisode de la trilogie météorologique. Au menu : haboobs, tsunamis de glace, tornades de feu, torrents de grêle et pluie d'animaux !

Les haboobs

J'ai hésité à mettre le nom au pluriel, mais les illustrations devraient lever toute ambiguïté sur la nature de ce phénomène. Les haboobs, de l'arabe الهبوب, signifiant à juste titre "vent fort" ou "phénomène", est une sorte de méga tempête de sable. Le phénomène survient dans le sud du Sahara, et dans d'autres régions désertiques, comme en Arizona par exemple (d'ailleurs, chez les braves gens de la région, certains rechignent à employer un nom aux consonances barbares et islamiques, comme on peut le lire dans cet article du New York Times)
Un haboob à Gilbert dans l'Arizona en 2012. Crédits : Saija Lehtonen 
Ce qui différencie un haboob d'une vulgaire tempête de sable, ce sont la taille et l'origine du vent : les haboobs se forment quand une ligne de front orageuse progresse au dessus d'un air chaud et sec. Lorsqu'il commence à pleuvoir, l'air froid est entraîné vers le bas, créant des rafales de vent puissantes. Quand ce fort courant d'air descendant arrive au niveau du sol, il épouse la forme du relief et devient horizontal. Sur un terrain désertique, le vent soulève alors les poussières et le sable, créant un mur opaque qui peut mesurer plusieurs kilomètres de haut et une centaine de kilomètres de large : c'est le haboob de la mort ! Poussé par le front orageux, le haboob progresse à la vitesse du front nuageux, pouvant atteindre les 50 km/h.
Schéma grossier de la formation d'un haboob. Crédits : K.Madjer
En général, la pluie s'évapore avant même d'atteindre le sol. Cette évaporation refroidit l'air des couches moyennes, qui devient alors plus dense et descend, accentuant le phénomène. On se rend mieux compte de son ampleur avec cette vidéo en time-lapse :


Heureusement, à part foutre le bordel et obliger les gens à repasser l'aspi, les haboobs ne provoquent pas beaucoup de dégâts. On peut voir une autre vidéo sympa ici.

Les tsunamis de glace

Bon, avouons le d'emblée, ce phénomène rarissime est beaucoup moins dangereux qu'un véritable raz-de-marée. Il s'agit en fait d'un petit muret de glace, de quelques mètres de haut, qui progresse lentement mais sûrement dans les terres, sur quelques dizaines de mètres. Le danger provient du fait qu'il n'est pas possible de stopper sa progression (apparemment, personne n'a tenté de le faire fondre au lance-flammes) :

L'an dernier, on a pu observer ce mur de glace dans le Minnesota (au nord des États-Unis) ou au Canada, à quelques jours d'intervalle. D'où vient toute cette glace, et surtout, pourquoi devient-elle mobile ? Pour que le phénomène se produise, il faut des conditions très particulières : une brusque chute de la température de l'air, une température au sol positive, un vent fort et une étendue d'eau : un lac par exemple. L'air froid gèle la surface du lac, et le vent racle et emporte des petits morceaux de glace. Ceux-ci se déposent sur un sol qui n'a pas eu le temps de geler, et fondent partiellement, créant une fine pellicule d'eau. La glace s'accumule peu à peu, et la pression ainsi que la relative chaleur du sol maintiennent l'eau de la base sous forme liquide. Poussée par le vent, la glace glisse alors gaiement sur son tapis aquatique. En raison du gradient de température entre la base de mur et sa surface, la glace change de forme et s'organise en aiguilles de glace, à l'origine du bruit singulier qui couvre le grondement sourd dans la vidéo. 
Le mur de glace qui a déferlé aux abords du lac Dauphin en mai 2013. Crédits : ctnews.ca
En mai 2013, le phénomène a touché une trentaine de résidences secondaires, aux abords du lac Dauphin au Canada. Le mur de glace, propulsé par un vent avoisinant les 90 km/h, a atteint par endroit la dizaine de mètres. Ce phénomène est extrêmement rare et se produit environ tous les cinquante ans, les habitants du coin sont davantage habitués à ces inoffensifs rouleaux de neige :
Un joli rouleau de neige, crédits : miranda.granche - Flickr

Mise à jour hiver 2014 : cette fois, c'est dans le Wisconsin que les habitants des abords du Lac Winnebago ont observé le même phénomène :

Pluie d'animaux

Une pluie de poissons. O. Magnus, 1555
Dans la bible, une des dix plaies qui frappent l’Égypte des pharaons est une pluie de grenouilles. Plus tard, pendant sa vadrouille dans le désert, le peuple élu est miraculeusement sauvé de la perspective de manger du sable par une pluie de cailles. Si on fait abstraction du fait que les pluies, en particulier les pluies de cailles, sont rares dans le désert, ces anecdotes ne sont pas si farfelues que ça. En fait, la pluie d'animaux est un phénomène fréquent et assez bien documenté depuis l'antiquité, même si son explication rationnelle est venue tardivement. Ce phénomène fait toujours intervenir de petits animaux : des oiseaux, des poissons, des grenouilles, des souris, de petits serpents etc. Ni pandas, ni tamanoirs. La chute d'animaux est souvent accompagnée d'averses de pluie, de grêle ou de neige. Les animaux sont généralement vivants lorsqu'ils tombent. Plus rarement, ils sont congelés ou ne survivent pas à leur chute (ou meurent d'asphyxie dans le cas des poissons). Parfois, ils sont complètements déchiquetés, c'est alors une sympathique averse de sang et de chair qui s'abat, comme celle rapportée par Pline l'Ancien :

Il se passe encore d'autres phénomènes dans le ciel inférieur. Les monuments historiques rapportent qu'il est tombé des pluies de lait et de sang sous le consulat (an de Rome 640) de Manius Acilius et de C. Porcius, et dans beaucoup d'autre circonstances; des pluies de chair, sous le consulat (an de Rome 293) de P. Volumnius et de Servius Sulpicius.

En septembre 2012, le typhon Bolaven a fait la pêche aux fruits de mer, au grand bonheur des habitants d'une côte de Russie.
Un festival de fruits de mer, gracieusement offert par un typhon en Russie. Crédits : Svetlana
Et plus récemment, en avril 2015, une pluie de vers de terre s'est vraisemblablement abattue en Norvège. Les malheureux lombrics ont été déposés sur une épaisse couche de neige après un petit voyage dans la haute atmosphère, peut-on lire ici.

Le mécanisme le plus plausible pour expliquer ces pluies est celui des trombes d'eau et des tornades, capables d'aspirer et de transporter n'importe quoi, y compris des animaux, sur une grande distance. Une tornade par exemple, peut assécher un étang et relarguer son contenu à des dizaines de kilomètres. Selon la durée de ce vol dépressurisé, les animaux seraient transportés à des altitudes suffisantes pour les congeler. Dans d'autres circonstances, les collisions répétées avec d'autres objets produiraient une sorte de smoothie de crapauds. Dans le cas des oiseaux, on pense que des trombes d'eau (voir vidéo ci-dessous) intercepteraient malheureusement  leur trajectoire, notamment pendant les migrations, et précipiteraient leur fin. Il existe aussi d'autre causes possibles pour expliquer la mort subite des oiseaux : intoxications, explosions, Nadine Morano etc.

Il demeure cependant quelques mystères dans ce phénomène : pourquoi les pluies sont-elles si spécifiques ? Si un étang a été aspiré, son contenu devrait être intégralement rejeté, et on devrait retrouver des poissons, des grenouilles et toutes les autres sortes d'animaux et de végétaux qui s'y développent. Les lois de la physique permettent certainement de redistribuer les animaux par poids et par taille, mais pas par espèce ! Deux poissons du même acabit devraient donc se retrouver au même endroit. Selon moi, la seule explication est que les poissons, sous la menace de l'aspirateur céleste, se regroupent spontanément en bancs. Comment ? Ça ne marche pas pour les grenouilles ? Tant pis.

Pour plus d'infos, on peut lire la page wiki. J'ai aussi le souvenir d'une anecdote impliquant une tornade et des écoliers nippons ; ceux-ci avaient été retrouvés sains et saufs à plusieurs kilomètres du lieu de l’enlèvement. Si quelqu'un peut me renseigner sur l'origine et la véracité de cette histoire, je prierai pour une pluie de noix de Saint-Jacques au whisky.

Enfin, certaines "pluies d'animaux" sont tout simplement dues au fait que certains animaux utilisent le vent pour se déplacer. C'est le cas notamment de quelques araignées. En Australie, le phénomène est courant : sans que l'on ne sache encore exactement pourquoi, des millions d'araignées grimpent sur les poteaux, les arbres ou les toits, puis lancent un fil de soie. Happées par les courants, elles s'élancent alors dans les airs. La plupart meurt en cours de route, mais les araignées épargnées parcourent ainsi des dizaines de kilomètres avant s'échouer, au hasard des courants, dans un nouvel habitat. Les scientifiques pensent que c'est un moyen pour elles de fuir une zone où leur population est trop dense. Ils notent par exemple que les araignées sont souvent les premières à coloniser des parcelles de terrain nouvellement accessibles (suite à des intempéries ou des incendies).
Des champs tapissés de toiles d'araignées, près de Wagga Wagga, en Australie, en Mars2012. 
Crédits : Lukas Coch, EPA

Les rivières de grêle

Un peu partout dans le monde, lorsque les grêlons sont accompagnées des pluies torrentielles qui s’abattent en très peu de temps, on peut observer ce phénomène amusant : de petites rivières se forment et transportent les grêlons. J'ai déjà vu ce genre de choses dans le sud-ouest de la France, mais c'est encore plus impressionnant dans le désert :



Dans le même genre : une "chute de sable", probablement due à des pluies torrentielles :

Tornades de feu

Une tornade de feu
Ha ! Voilà le vrai spectacle ! D'ailleurs, il doit sûrement y avoir une histoire cool dans la bible avec une tornade de feu et des brochettes de cailles. Je ne prends pas la peine d'expliquer ici comment ça marche : d'une part, on se doute qu'il faut un feu et une tornade, d'autre part, on trouvera sur cette page du blog SSAFT une explication du phénomène ainsi qu'un inventaire exhaustif des différents types de tornade possibles : twisters de feu, tornades sous-marines, tourbillons martiens et même tornades de moutons ! Je me borne donc à vous servir deux vidéos, l'une avec une musique insupportable qui montre la formation de la tornade, l'autre montrant une tornade de feu survolée en hélico.



C'est tout pour cette fois ! Pour en savoir/voir plus :
  • Cet épisode de Scishow, où l'on apprend entre autres l'existence de "rivières atmosphériques"
Une tornade aux Etats-Unis. Crédits : Mitch Dobrowner.
Je termine avec des bonus vidéo : des tornades de moustiques et un cercle de glace :)


2 commentaires:

  1. Juste "wow", pour changer ! Dingue tout ça... J'ai appris plus de trucs une fois encore. +1 pour Nadine Morano, je n'ose même pas imaginer le nombre d'oiseaux qu'elle a accumulé au compteur. Sinon, "Haboob", ça se prononce comment ? C'est la retranscription phonétique anglaise ? Càd "Haboub" avec un long "ou" ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci Alan, mon fidèle commentateur :) Pour les haboobs, oui, c'est une retranscription, d'ailleurs on trouve aussi l'orthographe "haboub". L'important étant que ça se prononce comme boob.

    RépondreSupprimer