mercredi 13 mars 2013

La semaine du cerveau; Mike le poulet sans tête

Aujourd'hui, dans le cadre de la semaine du cerveau sur le c@fé des sciences, je vous sers encore du réchauffé, avec une adaptation illustrée de l'histoire de Mike le poulet sans tête, qui montre comment quelques grammes de cervelle seulement suffisent pour nous faire accomplir les actions les plus basiques. Vous pouvez aussi retrouver cet article adapté directement sur le site Kidi'Science.


Mike ne devait pas connaitre un autre destin que celui de finir rôti sur une table. Né aux alentours du 20 mars 1945 dans le Colorado, Mike était un coq ordinaire, sans histoires. Il n’avait jamais un mot plus haut que l'autre, sauf parfois le matin, très tôt, et n'était pas connu des services de police. Ses parents étaient de fiers wyandottes et menaient une vie simple et rangée dans la ferme de Lloyd Olsen

La mort trébuche

Le jeudi 10 Septembre 1945, Lloyd le fermier décida qu'il était temps de passer Mike à la casserole et lui trancha la tête. Il est connu que les poulets peuvent parfois gambader encore plusieurs minutes après qu'on leur coupe la tête, aussi Lloyd prit son mal en patience pendant que le poulet décapité continuait à déambuler chaotiquement. Mais à sa stupéfaction, Mike ne mourut pas!

En fait, le coup de hache avait épargné une partie du cerveau et une oreille. Lloyd avait maintenant un poulet sans tête et l'estomac dans les talons. Il ne parvint pas à récupérer la tête, sûrement emportée par un chat. Le coq semblait perplexe mais n'avait pas l'air de souffrir. 

La période de gloire du poulet sans tête

Mike était nourri à la pipette
Quelques temps après, l'histoire du poulet sans tête parvint aux oreilles de Hope Wade, un agent artistique qui encouragea les Olsen à présenter Mike comme phénomène de foire. Pour démentir les rumeurs de supercherie, Lloyd l’emmena à Salt Lake City se faire examiner dans une université. Par la suite, surnommé Miracle Mike, le poulet sans tête fut la star de plusieurs foires et fit quelques unes dans les journaux (dont celles du New York Times et du magazine Life). Il rapportait 4 500 dollars par mois à son heureux propriétaire qui le bichonnait comme une poule aux œufs d'or et qui l'avait assuré pour 10 000 dollars. Il le nourrissait avec une pipette, directement dans l’œsophage, dont l'extrémité du conduit affleurait au niveau du cou.


La légende du gallinacé sans tête

Probablement épuisé par le star system, Mike mourut deux ans plus tard, en mars 1947, dans un motel de Phoenix, et devint rapidement une icône. Les tentatives pour lui trouver un successeur furent nombreuses mais vaines et les fermiers de la région mangèrent énormément de poulets dans les mois qui suivirent sa disparition. Cette histoire fut également le point de départ d'une longue fascination du public pour les personnalités décérébrées. 

Sur le plan scientifique, cette étrange histoire permit aux chercheurs de mieux localiser, chez les coqs du moins, les zones du cerveau consacrées aux réflexes et aux actions primaires (manger, respirer, picorer le sol etc.). La petite partie de cerveau qu’il restait à Mike avait suffit à le maintenir en vie pendant plusieurs années ! L’Homme possède lui aussi une zone du cerveau dédiée aux tâches « automatiques » appelée « bulbe rachidien ». Mais, malgré des recherches persévérantes en France notamment, on n’est jamais parvenu à couper la tête de quelqu’un sans que mort s’en suive. 

4 commentaires:

  1. Fascinantes ces histoires ! Dans la même lignée que l'homme qui s'était fait traverser le crâne par une barre en métal.

    RépondreSupprimer
  2. Ha ha oui tiens, ça serait une bonne idée d'article :)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime la pointe d'humour
    "Cette histoire fut également le point de départ d'une longue fascination du public pour les personnalités décérébrées."

    RépondreSupprimer